https://www.google.mu/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.actogether.mu%2Fphoto%2Fngo%2Fgallery%2Fimg327.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.actogether.mu%2Fexclusion_details.aspx%3Fid%3D85&docid=Rbr6Mh5Qj64vdM&tbnid=lKYVkJs6bXp2dM%3A&w=640&h=480&bih=667&biw=1366&ved=0ahUKEwis6cjHyaXNAhXBCBoKHb4qA4sQMwghKAUwBQ&iact=mrc&uact=8
Lacaz A

C’est sur les mur de Lacaz A que j’ai mis l’empreinte de ma main. Cette case qui accueille chaque jour des marginaux afin de leur donner un repas chaud, une oreille attentive, un sourire de soutien ou simplement une dose de méthadone. Ce sont des accueillis qui sont là de leur propre grès face à des personnes qui les accueillent sans préjugés. On ne leur demande pas de suivre un traitement de désintoxication afin de pouvoir accéder à Lacaz A ou de promettre de ne plus toucher à la drogue. Non, c’est juste une case familiale avec un esprit familiale.

Je me rappelle de mes premiers pas dans cette demeure où les marginaux sont rois.  Les portes étaient toujours ouvertes comme signe d’invitation. Il y avait comme un parfum d’amour, d’accueil ou simplement toute les bonnes choses commençant par la lettre ‘A’ (Avengers). Cependant je ne m’attendais pas à ce que la dame m’accueille avec ces mots, « pour un traitement de la méthadone. »

J’étais surpris mais, après mûre réflexion, j’avais compris le besoin de poser cette question. Malgré mes beaux habits, j’étais peut-être un inconnu qui avais besoin d’aide. Une aide, qu’on n’a pas hésité à me proposer. Heureusement que je n’ai aucune addiction à la drogue et que j’en ris toujours de cet incident. Mon stage entant que journaliste m’avait conduit entre les murs de Lacaz A afin de mieux connaitre la réalité des victimes des fléaux de sociétés.

Ne regardez pas la grandeur du geste mais la passion et l’amour à laquelle elle est exécutée.

J’ai entendu les vécus non-dits par les médias. Oui, il y avait des gens qui restaient au fond du gouffre mais certains faisaient des efforts insignifiants, pour certains, afin d’en sortir. J’ai eu le courage de parler a des sans-abris et toxicomanes. Des gens que je croise chaque jour sans même avoir l’amabilité de leur sourire ou de les traiter comme des humains. Du moment que vous traversez le pont vers une autre perspective, vos préjugés connaissent une extinction soudaine. Bon je ne vais pas dire que je suis les pas de mère Theresa mais je souris quelque fois à des personnes pour leur donner un peu d’espoir (bien qu’on me prenne pour un fou.). Ah le social, un univers pas seulement pour les altruistes.

Suite à mon article (qui n’était pas si mal au passage, 8/32), j’ai vécu une expérience du Groupe A de Cassis, le weekend Cado. Bon, la plupart de mes expériences avec l’ONG aboutissait à un article mais je profitais bien de chaque expérience. Mais le plus beau reste cette empreinte posée sur les murs entourant Lacaz A.

https://www.google.mu/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fpreviews.123rf.com%2Fimages%2Farlatis%2Farlatis1205%2Farlatis120500012%2F13781347-Empreinte-de-la-main-gauche-Homme-isol-sur-blanc-Banque-d%27images.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Ffr.123rf.com%2Fimages-libres-de-droits%2Fempreinte_de_main.html&docid=2z2bZbEPGj_qaM&tbnid=BByMDzagSS_2nM%3A&w=1300&h=1290&bih=623&biw=1366&ved=0ahUKEwjui5eNy6XNAhVFuhoKHW8JCJkQMwgdKAMwAw&iact=mrc&uact=8Cette empreinte pour moi, perdu parmi des centaines d’autres présents sur le mur, représentait ma solidarité pour cette lutte. Une façon de dire à chaque personne qui franchira le seuil de cette enceinte qu’il y aura une main tendue pour les soutenir dans leurs problèmes. Une main, certes pas si parfaite mais qui répondra toujours présente dans tes moments de doute, de peur ou même de joie.
image

Oui, j’ose croire que mon empreinte est magique. Elle sera source de fierté et de solidarité avec ces semblables pour dire que la lutte n’est pas encore finie. J’ose croire que cette empreinte, si insignifiante, peut être cette main qui relève. Je ne suis pas si familier avec mère Theresa mais je sais que le social est une chose qui se vit dans différentes façons. Que vous soyez dans les rues pour aider les plus démunies ou derrière un ordi avec l’envie de changer une vie ; le monde a besoin de vous. Ne regardez pas la grandeur du geste mais la passion et l’amour à laquelle elle est exécutée.

Vieux de ses 30 ans, le Groupe A de Cassis mène toujours une lutte contre la drogue. L’ONG compte diverses activités tel qu’une case d’accueil pour les sans-abris, toxicomanes, prostitues et autres victimes des fléaux sociaux. Le Groupe A est aussi présent sur le terrain à travers des campagnes de sensibilisation mais aussi des manifestation communément appelées Anti-D.A.V.I.S (drogue, alcool, viol/violence, ignorance/indifférence et suicide/ Sida). Elle aide aussi des jeunes à construire une bonne estime de soi et de pouvoir se dire et de réaliser à tel point ils sont importants. Par ailleurs, elle aide les enfants avec des difficultés sociaux et aussi les parents ayant un enfant toxicomane. Une façon de leur empêcher de succomber à la tentation ou de ne pas tomber dans une dépression. A travers ses activités, le Groupe A est entrain de dire « vous n’êtes pas seul dans cette lutte. Ensemble nous pourront mettre à genoux ces fléaux sociaux, en particulier la drogue. »


Le kiffe du moment…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s