J’écris rarement sur la foi (j’en parle même rarement pour ne pas dire jamais.). Je crois que je n’y crois pas vraiment mais je me permets de briser le silence sur le sujet. Je m’étais promis de ne rien dire sur un sujet ou les opinions volent dans tous les sens.  Jetons nous à l’eau…

Mon père enfila ses beaux habits du dimanche pour aller à la messe. Il rendait visite à Dieu aussi souvent que le solstice d’hiver. Sa dernière visite remontait au nouvel an afin de remercier Dieu pour l’année écoulée. Cette fois, Jésus ressuscité allait rencontrer le revenant…

verre-et-bouteille-de-whiskey-sur-la-vieille-table-61858281
Son fameux whiskey

Il avait pris le soin de faire les courses la veille et il s’était levé de bonheur afin mettre fin aux derniers préparatifs du déjeuner familiale en ajoutant sa bouteille de whiskey et les œufs de pâque sur la table. En ce beau jour de résurrection, il avait pris le soin de mettre en place toutes les choses matérielles nécessaires pour un bon repas en famille. Certains diraient que seul le fait d’être réuni soit seulement important et mon père le savait très bien. Cependant, un chocolat fait le bonheur des uns  tandis qu’un merci fait le bonheur des autres. Il s’était plié en quatre pour satisfaire les désirs de tous un chacun jusqu’à en oublier le sien. Mais le monde ne voyait pas cela…

https://www.google.mu/imgres?imgurl=http://4.bp.blogspot.com/-AP-28sxvKpg/UWCSE8pcoMI/AAAAAAAAAFc/Lzijbgxq44I/s1600/For-all-have-sinned_sinners.gif&imgrefurl=http://theyouthforjesus.blogspot.com/2013/04/the-reasons-why-every-human-being-is.html&h=568&w=900&tbnid=L77fTY-ozVWzDM:&docid=Def_q-RU1nPBaM&ei=7ET9VpjjAcu4atHBq7AL&tbm=isch&ved=0ahUKEwiYiaqnoevLAhVLnBoKHdHgCrYQMwgtKAAwAALe monde voyait un homme alcoolique qui avait dépensé son argent sur une bouteille de whiskey. Le monde voyait un homme de peu de foi. Le monde refusait même qu’il s’assied près de l’autel car son taux d’absentéisme était mortel. Le monde voyait un homme qui n’assumait pas son de devoir de père au niveau du catéchisme de ses enfants. Le monde voyait ma mère sans mon père et le monde assumait que l’amour était fini. Le monde s’engagea dans des hypothèses sur comment ma mère, une femme si croyante et active, pouvait aimer un homme qui n’avait pas la foi. Le monde en voulait à mon père à chacune de mes erreurs car le monde accusait son manque de foi comme la source de tous les problèmes.  Face au monde, mon père sentit le poids des regards mais il ne s’agenouilla pas.

Il ferma sa bouche et continua à avancer.  Je ne comprenais pas sa réaction, ni pourquoi il ne se défendait pas jusqu’au jour où on lui demanda de changer de place dans une église pour se mettre plus au fond. Je me révoltai contre cette décision mais mon père me demanda de fermer ma bouche. Il me lança un fameux,  « C’est l’œuvre de Dieu. », en rejoignant la dernière rangé de banc.

Je ne comprenais pas sa décision et j’exigeais des réponses. Il me regarda et me dit ces mots :

« Le monde ne cessera de te juger et il continuera à le faire jusqu’au jour de ta mort. Ce jour-là, on te traitera d’homme merveilleux, d’époux courageux ou de père formidable mais d’ici ce fameux jour, attend toi à être constamment juger. »

https://www.google.mu/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjSsILJouvLAhVI2BoKHWlzA-cQjRwIBw&url=https%3A%2F%2Fwww.pinterest.com%2Fcherylruebel%2Fbe-you-~-beautiful%2F&bvm=bv.118353311,d.d2s&psig=AFQjCNFvjwLOfZfoFZc0EhUIMEpD_TVTMA&ust=1459525462140708Je compris alors le sens de ces paroles le jour où mon père rendit son dernier souffle. Tout au long de sa vie, il avait été pour nous un exemple de fierté. Il ne nous demanda pas de le suivre mais il nous offrait la chance de suivre le chemin que nous voulions en nous promettant de nous aimer sans condition. Il n’y croyait pas en ce Dieu si bon mais il n’empêchait pas les autres d’y croire. Il se contentait juste de laisser les autres le découvrir en des simples choses comme les choses matérielles pour un repas de famille. Il vivait sa foi dans sa façon et il acceptait le fait que sa façon de la vivre soit différente avec le reste du monde.  Je n’avais jamais oublié ces dernières paroles :

« Vit ta vie comme tu le veux, ta foi comme tu le peux et laisse les autres parler. N’oublie jamais que ce n’est pas le nombre de fois qui compte mais les fois sincères. »

 

* le personnage principal, mon père, est un personnage fictif exprimant une opinion sur le fait que nous jugeons trop les gens sans prendre la peine de les apprécier.
Advertisements

2 thoughts on “LE CHRETIEN QUI NE CROIT PAS EN DIEU

  1. This is so beautifully written. There is not a word I would change from all that’s written here. Definitely made me think. Keep up the beautiful work 🙂

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s